Recherchons des parents désireux d'apprendre à masser leur bébé de...
» Plus d'infos

Le massage bébé: tradition, sens et bienfaits



Pourquoi masser son bébé ? Phénomène de mode, luxe ou nécessité ?
Titres des paragraphes de la page:
  • Restituons le contexte de développement des bébés au XXIè siècle en France
  • A la naissance, un "équipement biologique" de base pour répondre aux besoins primaires et s'adapter à l'environnement
  • Faciliter la vie des bébés
  • Apaiser et stimuler le cerveau : tout l'art est dans le dosage !
  • De la biologie à l'art
  • Apprendre à masser son bébé c'est...
  • Apprendre guidé par un(e) instructrice/ instructeur c'est gagner du temps

Phénomène de mode, luxe ou nécessité ?

Restituons le contexte de développement des bébés au XXIè siècle en France :

Le contexte de vie des nourrissons en occident est tout à fait « nouveau » sur le plan de l'évolution humaine, car pendant des centaines de milliers d'années, le petit d'homme grandissait « attaché » au corps de son parent... et voilà que depuis quelques décades, il grandit loin....

« Les bébés occidentaux passent 67% de leur journée seul contre 8% dans les sociétés traditionnelles »

A la naissance, un "équipement biologique" de base pour répondre aux besoins primaires et s'adapter à l'environnement

Or notre biologie est construite pour répondre aux besoins d'un bébé humain fort dépourvu et qui  s'équilibre grâce au contact physique : Les réflexes archaîques comme l'agrippement, la succion,  lui permettent de trouver sa nourriture de manière « innée », de se rassurer de la présence d'un adulte qui va prendre soin de lui et le protéger.

Le bébé est fait pour s'attacher à un adulte, condition indispensable de sa survie immédiate, et de celle de l'espèce humaine.

Quand il est pris dans les bras, contenu, bercé, sécurisé, caressé, nourri son cerveau sécrète les neuro-médiateurs qui lui amènent calme et apaisement, et facilite ses apprentissages. L'ocytocine, hormone de l'amour1, est un chef d'orchestre de ces sécrétions internes qui définissent son état émotionnel. Le toucher par le biais des caresses, des bercements, des massages stimulent la sécrétion d'ocytocine : molécule naturelle anti-stress !

Et le bénéfice est double : car celui qui donne le massage ou la caresse sera lui aussi « touché » et sa biologie déclenchera la même cascade de neuro-médiateurs du bien-être. Alors pourquoi se priver d'une solution anti-stress naturelle gratuite et disponible à tout instant ?

Faciliter la vie des bébés c'est leur permettre de s'y retrouver au niveau de leurs besoins de contacts rassurants mais aussi de stimulations et d'expérimenter toutes les émotions sans « débordement ».

Ils sont en constante adaptation au rythme des adultes, leur biologie fonctionne « à plein », et si leur rythme est dépassé, leur cerveau se met en mode « alarme »... manifestés par des pleurs inconsolables, participant aux problèmes d'endormissements, de nourrissages etc.

Alors masser son bébé c'est ...

....se mettre à son rythme...

... c'est l'écouter dans ses envies, ses préférences, respecter « son heure », sa disponibilité. ....Cest se faire plaisir, passer un moment de connivence proche et intime.

.... C'est aussi le protéger de la sur-stimulation : à doser donc, le massage a plusieurs  « formes » qui se cachent sous ce terme «générique », chacune adaptée au besoin dans l'instant du bébé.


Apaiser et stimuler le cerveau : tout l'art est dans le dosage !

Le rôle du parent n'est-il pas de doser avec finesse : stimulation et apaisement ?

Stimulation pour permettre aux 200 milliards de neurones tout neufs de se connecter et de construire le nouveau cerveau d'homo sapiens : le néo-cortex, siège de notre intelligence rationnelle qui peut contrôler le « cerveau émotionnel ».  90% des connexions se font dans les cinq premières années, les 10% restants sont le fruit d'une vie !

Besoin de découverte de son corps d'abord pour que bébé se construise une représentation de son corps et puisse le vivre à l'aise. Besoin  de se réjouir ensemble, d'être accompagné dans ses exploits personnels ou ses petits tracas de bébé pour construire sa psyché.

Apaisement : A la naissance, bébé est dirigé par son cerveau archaïque ou cerveau « reptilien » dans le modèle de Mc Lean, celui de la survie qui est très réactif à toutes les menaces et réagit par la lutte, la fuite ou le figement comme nos ancêtres à la préhistoire soumis aux dangers d'une nature inconnue. Ce cerveau nous habite depuis 4 millions d'années il est dominant à la naissance de par son « ancienneté ».  Le cerveau émotionnel ou intermédiaire va servir de  « pont » vers le néo-cortex et ses fonctions supérieures, qui vont dégager bébé de la nécessité de certains de ses réflexes archaïques.

De la biologie à l'art...

Là aussi le rôle du parent est essentiel : réguler le cerveau émotionnel de bébé car les émotions sont submergeantes pour celui qui n'a pas encore la capacité de se « raisonner »... Le parent par ses comportements rassurants (prendre dans les bras, consoler, parler tendrement à bébé, le nourrir) va faciliter le développement de ses toutes jeunes compétences d'auto-régulation : avez-vous remarqué que bébé peut se calmer tout seul parfois ? il se met en boule, rassemble ses mains vers sa bouche, il tête son doigt ou sa main, rassemble ses pieds, prend appui (au fond du lit !), semble fixer un point, s'agrippe à son doudou ou au doigt du parent... autant de manifestations de ses capacités émergentes à soutenir et valoriser pour les renforcer.

Nous poussons nos bébés vers l'autonomie très tôt comparé à d'autres cultures. Il doit se débrouiller tout seul avec un minimum de contact et de soutien... alors des « oasis de détente à deux » comme un temps de massage parent-bébé sont les bienvenus car bébé se construit dans le LIEN !